L’éclectisme de Amp Fiddler avec « Motor City Booty »

L’éclectisme de Amp Fiddler avec « Motor City Booty »

Musicien dans l’âme, Amp Fiddler a délivré son cinquième album le 1er aout dernier en hommage à sa ville natale Détroit : « Motor City Booty ». Divers styles de musique sont mis en avant et se fusionnent. Ça va groover et enchanter tes oreilles. La Mother t’en parle.

 

Ce claviériste, auteur, compositeur et interprète a travaillé avec Jamiroquai, Prince, Seal, Maxwell ou encore les Brand New Heavies. En sortant son nouvel album, huit ans après le précédent, Amp Fiddler a refait surface avec « Motor City Booty », sorti sous le label Midnight Riot et produit par  Yam Who ?.

Amp Fiddler - couverture de l'album Motor City Booty

Amp Fiddler – couverture de l’album Motor City Booty

D’une durée totale de 54 minutes, l’opus est composé de 11 titres qui nous immergent notamment dans le P-Funk (mélange de rock et de funk initié par deux groupes Parliament et Funkadelic, avec lesquels Amp Fiddler a travaillé au milieu des années 80 jusqu’à celui des années 1990). Le premier titre « Return Of The Ghetto Fly », ainsi que « Slippin On Your Pimpin », « Funk Is Here To Stay » en sont bel et bien la démonstration parfaite. Fiddler qualifie la chanson « Superficial », comme un son typiquement « Stevie Wonder » et Sly Stone (musicien phare de soul et funk dans les années 70).

Fusion des genres

Né Joseph « Amp » Fiddler à Détroit, ce talent indéniable américain a écrit la chanson  « Soul Fly » interprété par le trio de Soul-RnB Dames Brown. Celle-ci nous fait transporter dans la soul des années 70 et rappelle les productions de Mark Ronson selon les dires de l’artiste. On entendra aussi la voix du trio sur « Soul Fly pt.2 » où la soul se marie avec la techno.

Fiddler ne s’interdit rien et a aussi apporté sa touche de house (« Your Love is All I Need », « I Got It ») qu’il utilisera pour l’entremêler avec le gospel (reprise de la chanson « 1960 What ») et le funk (« Steppin »). Le morceau « Send A Message » conclut l’album. Ce titre est orienté dans la soul pure et dure dont l’instru pourrait très bien se combiner avec la voix de D’Angelo, un son qui ressemble à ce chanteur. Merveilleuse dans sa construction, cet album offre une belle variété de sons comme on l’a souligné précédemment. A en donner une note sur 20, ça mérite plus que 15. Totalement réussi. En tout cas, beaucoup de fans ont adoré, postant des commentaires sympas sur les différents réseaux sociaux.

La musique faite pour lui

Avant la sortie de son nouvel album, la musique pour Amp Fiddler sonnait comme une évidence pour son futur avenir. Son grand frère est un fan inconditionnel de jazz. Et avec un père né dans l’île de Saint-Vincent, il a été bercé par la musique de ce pays : le calypso et le reggae. Ce style d’ailleurs est une des musiques qu’écoutait une de ses deux sœurs, en plus de Jimi Hendrix, avec notamment Bob Marley. Son autre soeur appréciait elle les sons de la Motown, la maison de disques lancée par Berry Gordy dans laquelle ont signé des artistes tels que Michael Jackson & les Jackson Five, Marvin Gaye, Stevie Wonder.

Dans les années 80, Amp Fiddler mit un pied à l’étrier dans le milieu de la musique en aidant de jeunes rappeurs à Détroit, sa ville de naissance. Parmi eux, et les puristes le connaissent, J-Dilla, talentueux et disparu trop tôt (mort le 10 février 2006 à l’âge de 32 ans). A l’aise avec le piano dès le plus jeune âge, Fiddler a étudié la musique à l’université de Wayne State à Oakland.

En 1983, le claviériste de Parliament/Funkadelic, Bernie Worrell apporta une cassette démo de Fiddler à George Clinton, un des pères fondateurs du funk/P-Funk. Ce dernier séduit, Amp intégra le groupe en remplacement de Worrell sur le départ, en tant que nouveau claviériste et aussi co-producteur dans les studios d’enregistrement. Fiddler connaît alors une seconde expérience dans un collectif après avoir fait partie du groupe de funk Enchantement.

Puis il se lance en solo. Cela se concrétise par la sortie de quatre albums : « With Respect » en collaboration avec Thomas, son frère (1990), « Waltz Of Ghetto Fly » (2004) qui reçut une excellente critique, « Afro Strut » (2006), et « Inspiration Information » en duo avec le groupe Sly & The Family Stone (2008). Que de chemin parcouru pour Amp Fiddler.

Après lecture de l’article, on te laisse mettre tes écouteurs ou ton casque pour écouter cet album d’Amp Fiddler et te faire ton avis. Pour cela, clique sur le player ci-dessous. A tes clics et monte le son de tes enceintes.

Suivre Amp Fiddler sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Soundcloud

Son site internet : www.ampfiddler.com

The following two tabs change content below.
Richard Sengmany

Richard Sengmany

Passionné de sport et de musique, Richard est diplômé d'un Master 2 en Marketing et Gestion du Sport. Rédacteur bénévole pour des blogs spécialisés dans le sport, il partage régulièrement ses découvertes musicales.
Richard Sengmany

Derniers articles parRichard Sengmany (voir tous)